Biographie

J’attendais la saison des pluies avec impatience. Dès les premières gouttes, c’était l’appel de la terre… je me roulais dans la boue comme un beau ver. J’imprégnais mes si précieux morceaux de tissu, volés à ma mère.

Et quand le moment était venu, je sortais de ma gadoue pour sculpter corps à mes poupées de chiffon. Fixées aux branches des papayers et des citronniers, elles craquelaient au soleil laissant apparaître la vraie couleur de leur cœur, étincelant dans la lumière.

C’était comme un rituel, chaque jour à la même heure, de nouveaux corps et têtes étaient suspendus aux branches. Pluie après pluie, mes pantins-marionnettes étaient lessivés, délavés, pour finalement devenir lambeaux.

C’est ainsi que j’ai créé des générations de poupées, de boue et de tissu. C’était bien, on se racontait des histoires.

Je m’étais construit une famille, j’étais heureuse.

J’avais huit ans.

J’habitais au Burkina Faso.